Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Levez vos yeux en haut, Page 134

Lorsque nous fautons..., 8 mai

Que le méchant abandonne sa voie, et l'homme d'iniquité ses pensées; qu'il retourne à l'Eternel, qui aura pitié de lui, à notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner. Ésaïe 55:7.

Bien qu'un voile recouvre l'avenir, il vous a été donné de connaître la miséricorde du Seigneur dans le passé. Ne vous laissez pas décourager par les difficultés. Vous avez passé par des épreuves, et vous passerez encore par d'autres épreuves. Vous avez passé par des expériences pas entièrement agréables, et ces expériences se renouvelleront peut-être. Des tentations vous ont assaillis, et des tentations vous assailleront encore.

Nous ne savons pas ce qui nous attend; mais nous savons que nous avons le privilège de remettre notre âme à Dieu, comme à un Créateur fidèle. Remercions Dieu, parce que dans les épreuves nous avons un refuge. Souvenons-nous que le Christ est un secours qui ne manque jamais dans la détresse. Les promesses de la Parole de Dieu sont riches, complètes, généreuses. Dieu est avec nous; il prend soin de nous.

Dieu nous est révélé en Christ. Notre Sauveur est l'image du Dieu invisible. Oh! comme nous pouvons nous tenir près du ciel! “Celui qui m'a vu a vu le Père”, a déclaré le Christ.

Ne laissons pas les préoccupations de ce monde absorber nos énergies. Que rien n'occupe la place qui devrait être remplie par Dieu. Il nous faut des périodes de repos, des moments mis à part pour la méditation, la prière, le renouvellement spirituel. Le Christ allait faisant du bien, guérissant toutes sortes de maladies et pardonnant les péchés, réconfortant les endeuillés, bannissant le chagrin par sa présence. Soyons ses représentants en faisant preuve de la compassion et de la bonté de Dieu lui-même.

Recherchons le Seigneur. ... N'oubliez jamais que vous êtes les petits enfants de Dieu. Refusez de vous inquiéter de ce que vous ne pouvez empêcher. Si vous fautez, allez au Sauveur compatissant et demandez son pardon. Dites-lui que vous voulez faire sa volonté. Soyez honnêtes envers Dieu. Souvenez-vous qu'il s'intéresse à vous et qu'il est un secours qui ne manque jamais dans la détresse. “Ses compassions s'étendent sur toutes ses œuvres.”

Nous avons le privilège d'ouvrir notre cœur et de laisser entrer le Sauveur. Louons-le pour l'éclat de sa présence. Que notre expression et nos paroles reflètent le rayonnement de son amour. Sa joie sera alors en nous, et notre joie sera complète. ...

Le souffle de la vie plus abondante doit inspirer le travail de toute notre vie. Nous serons ainsi liés les uns aux autres, et à Dieu. L'amour du Christ doit faire partie de notre expérience. Alors, nous nous aimerons les uns les autres comme le Christ nous a aimés. — Lettre 81, 1903 (8 mai 1903), au Dr D. H. Kress et à sa femme. (Le Dr Kress était directeur du sanatorium de Sydney.)

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»