Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Levez vos yeux en haut, Page 183

L'amour du Christ est incommensurable, 26 juin

Car j'ai l'assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. Romains 8:38, 39.

Le Christ aurait pu, à cause de notre culpabilité, s'éloigner de nous. Mais au lieu de s'écarter loin de nous, il est venu habiter parmi nous, rempli de toute la plénitude de la Divinité, afin d'être un avec nous, afin que par sa grâce nous puissions atteindre la perfection. En mourant dans la honte et les souffrances, il a payé la rançon de l'homme. C'est là en vérité l'amour qui se sacrifie. Il est descendu des hauteurs de la perfection, sa divinité revêtue d'humanité, et il s'est plongé pas à pas dans l'abîme de l'humiliation. La profondeur de son amour est incommensurable. Le Christ nous a montré à quel point Dieu peut aimer et notre Rédempteur souffrir afin d'assurer notre restauration complète. Il désire que ses enfants révèlent son caractère et exercent son influence, afin que d'autres esprits puissent être harmonisés à son esprit.

Le Christ notre Sauveur, en qui résidait la perfection absolue, devint péché pour la race déchue. Il ne connaissait pas le péché par expérience, mais il porta le poids terrible de la culpabilité du monde entier. Il expia pour nous, afin que tous ceux qui le reçoivent puissent devenir enfants de Dieu. La croix fut dressée afin de sauver l'homme. Le Christ élevé sur la croix était le moyen conçu au ciel pour éveiller en l'âme repentante le sentiment de la culpabilité du péché. Par la croix, le Christ a cherché à attirer tous les hommes à lui. Sa mort était le seul espoir de salut pour ceux qui, à cause du péché, souffraient dans l'amertume. Par l'intermédiaire du Saint-Esprit, un nouvel élément de puissance mentale et spirituelle devait être accordé à l'homme qui, par son association avec la divinité, devait devenir un avec Dieu.

Pour renverser les barrières que Satan avait érigées entre Dieu et l'homme, le Christ a consenti un sacrifice total, faisant preuve d'une abnégation jamais constatée. Il révéla au monde le surprenant spectacle de Dieu vivant dans la chair humaine, et se sacrifiant pour sauver l'homme déchu. Quel merveilleux amour! En le considérant, je pleure à la pensée du grand nombre de ceux qui prétendent croire à la vérité et sont incrustés d'égoïsme. ...

Je m'étonne que les chrétiens de profession ne s'emparent pas des divines ressources; qu'ils ne voient pas plus clairement la croix comme moyen de pardon, le moyen d'amener le cœur fier et égoïste de l'homme en contact direct avec le Saint-Esprit, afin que les richesses de Dieu puissent être répandues dans la pensée, et que l'instrument humain soit orné des grâces de l'Esprit, le Christ loué devant ceux qui ne le connaissent pas. — Manuscrit 91, 1902 (26 juin 1902), “Le sacrifice du Christ pour nous”.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»