Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Levez vos yeux en haut, Page 190

La Lumière du monde, 3 juillet

La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c'est que Dieu est lumière, et qu'il n'y a point en lui de ténèbres. 1 Jean 1:5.

Avant la chute d'Adam, aucun nuage ne pesait sur la pensée de nos premiers parents, obscurcissant leurs claires perceptions du divin caractère de Dieu. Ils étaient parfaitement soumis à la volonté de Dieu. Une belle lumière, la lumière de Dieu, les entourait. La nature était leur manuel. Le Seigneur les instruisait quant au monde naturel, puis leur laissait ce livre ouvert afin qu'ils puissent voir la beauté de tous les objets sur lesquels se posaient leurs regards. Le Seigneur rendait visite au saint couple, et il l'instruisait par l'œuvre de ses mains.

Les beautés de la nature sont une expression de l'amour de Dieu pour les intelligences humaines, et dans le jardin d'Eden l'existence de Dieu était démontrée par les choses de la nature qui entouraient nos premiers parents. Chaque arbre planté dans le jardin leur parlait, déclarant que les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité se voient comme à l'œil nu quand on les considère dans ses ouvrages.

Mais bien que Dieu ait pu ainsi être discerné dans la nature, ceci ne permet d'avancer aucun argument bien fondé en faveur d'une parfaite connaissance de Dieu révélé en nature à Adam et à sa postérité après la chute. La nature pouvait transmettre sa leçon à l'homme dans son innocence, mais le péché et la transgression infligèrent une flétrissure à la nature, et s'interposèrent entre la nature et le Dieu de la nature. Si l'homme n'avait jamais désobéi à son Créateur, s'il était resté dans un état de droiture parfaite, il aurait pu comprendre et connaître Dieu. Mais quand l'homme désobéit à Dieu, il montra qu'il croyait les paroles d'un apostat plutôt que les paroles de Dieu. ...

Adam et Eve écoutèrent la voix du tentateur, et péchèrent contre Dieu. La lumière, le vêtement d'innocence céleste, se retira de ces êtres trompés et éprouvés, et privés des vêtements de l'innocence, ils enfilèrent les sombres robes de l'ignorance de Dieu. La lumière éclatante et parfaite de l'innocence, qui les avait entourés jusqu'à présent, avait illuminé tout ce qu'ils approchaient; mais privée de cette lumière céleste, la postérité d'Adam ne pouvait plus retracer le caractère de Dieu dans ses œuvres créées.

Donc, après la chute, la nature ne fut plus le seul maître de l'homme. Afin que le monde ne reste pas dans les ténèbres, dans une éternelle nuit spirituelle, le Dieu de la nature devait rejoindre l'homme en Jésus-Christ. Le Fils de Dieu est venu dans le monde pour révéler le Père. Il était “la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme”. — Manuscrit 86, 1898 (3 juillet 1898), “Notes pour la semaine de prière”.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»