Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Levez vos yeux en haut, Page 211

Un pardon entier et gratuit, 24 juillet

Mais le pardon se trouve auprès de toi, afin qu'on te craigne. J'espère en l'Eternel, mon âme espère, et j'attends sa promesse. Psaumes 130:4, 5.

Il y a eu des péchés parmi nous, de même que parmi l'ancien Israël, mais grâce à Dieu, une porte s'est ouverte pour nous, que personne ne peut fermer. Les hommes disent: “Je vous pardonne tout le mal que vous m'avez fait”, mais leur pardon ne pourrait effacer un seul péché. Cependant, la Voix qui résonne du Calvaire — “mon fils, ma fille, tes péchés sont pardonnés” — est complètement efficace. Cette seule phrase a du pouvoir et éveille la gratitude du cœur reconnaissant. Nous avons un Médiateur. Il n'y a qu'un moyen de pardon, et ce moyen est toujours accessible, permettant au flot abondant de la miséricorde et du pardon divins de se répandre sur nous. ...

Beaucoup s'étonnent que Dieu ait exigé des Juifs tant de victimes égorgées en sacrifice, mais il fallait graver dans leur esprit la grande et solennelle vérité selon laquelle il n'y a pas de pardon sans effusion de sang. Une leçon était concrétisée par chaque sacrifice, imprimée par chaque cérémonie, solennellement prêchée par les prêtres lors des services sacrés, et inculquée par Dieu lui-même — cette grande vérité que le pardon des péchés n'est possible que par le sang du Christ. ...

Je voudrais pouvoir présenter cette question à nos membres comme je la conçois — la grande offrande faite en faveur de l'homme. La justice réclamait les souffrances de l'homme. Le Christ, égal à Dieu, offrit les souffrances d'un Dieu. Il n'avait aucun besoin de l'expiation. Elle était pour l'homme, uniquement pour l'homme. ... La profondeur de son agonie fut proportionnée à la dignité et à la grandeur de son caractère. Nous ne verrons jamais, nous ne comprendrons jamais l'angoisse intense des souffrances de l'Agneau de Dieu sans tache à moins que nous ne concevions la profondeur de l'abîme auquel nous avons été arrachés, la gravité du péché dont l'humanité est coupable, et que par la foi nous n'acceptions un pardon plein et entier.

C'est là que des milliers échouent. Ils ne sont pas vraiment persuadés que Dieu leur pardonne individuellement. Ils ne croient pas Dieu sur parole. Il nous a donné l'assurance qu'il est fidèle et juste pour nous pardonner. Sa miséricorde est totale. S'il y avait un seul maillon faible dans la chaîne, nous resterions plongés dans le péché, sans espoir. ... Mais il n'y a pas un défaut, pas un seul chaînon manquant. Oh! précieuse rédemption! Pourquoi n'incorporons-nous pas mieux cette grande vérité à notre vie? Comme il est inconcevable que Dieu, pour l'amour du Christ, nous pardonne — me pardonne, même moi — au moment où nous lui demandons de le faire, par la foi, croyant qu'il en est totalement capable! — Lettre 85, 1886 (24 juillet 1886), à Uriah Smith, rédacteur de la Review and Herald.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»