Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Levez vos yeux en haut, Page 220

Hénoc plut à Dieu, 2 août

Hénoc marcha avec Dieu; puis il ne fut plus, parce que Dieu le prit. Genèse 5:24.

Dieu eut son Eglise lorsque Adam et Eve, ainsi que leur fils Abel, acceptèrent et saluèrent avec joie la bonne nouvelle que Jésus était leur Rédempteur. Ils comprirent aussi complètement que nous la comprenons à présent la promesse de la présence de Dieu parmi les hommes. Chaque fois qu'Hénoc trouvait une ou deux âmes disposées à écouter son message, Jésus se joignait à eux dans leur culte à Dieu. Au temps d'Hénoc, il y en eut certains, parmi les méchants, qui se convertirent. Le Seigneur n'a jamais privé de sa présence ses quelques fidèles, ni laissé le monde sans un seul témoin.

A son époque, Hénoc était prédicateur de la vérité. Il enseignait la vérité; il vivait la vérité; et le caractère de celui qui marchait avec Dieu était en parfaite harmonie avec la grandeur de sa mission sacrée. Hénoc était un prophète dont les paroles étaient inspirées par le Saint-Esprit. Il était une lumière dans les ténèbres de l'immoralité, un homme modèle, un homme qui marchait avec Dieu, obéissant à la loi de Dieu — cette loi à laquelle Satan avait refusé d'obéir, celle qu'Adam avait transgressée; Abel aussi s'y était soumis, et cette obéissance avait causé sa mort. Maintenant, Dieu démontrerait à tout l'univers que l'accusation de Satan était fausse et qu'il était possible à l'homme d'observer ses commandements. Il démontrerait que l'homme, bien que pécheur, pouvait entretenir de bonnes relations avec Dieu, qu'il pouvait avoir la pensée et l'esprit de Dieu, et représenter symboliquement le Christ. Hénoc, ce saint homme, fut choisi par Dieu pour dénoncer la méchanceté du monde, et pour démontrer qu'il est possible aux hommes de garder la loi de Dieu. ...

Non seulement Hénoc méditait, priait et se revêtait de l'armure de la vigilance, mais il revenait de ses intercessions auprès de Dieu pour exhorter ses semblables. Il ne cherchait pas à déguiser la vérité pour obtenir des faveurs auprès des incroyants en négligeant leurs âmes. Ces rapports étroits avec Dieu lui donnaient le courage d'accomplir l'œuvre divine.

Hénoc marchait avec Dieu et “il avait reçu le témoignage qu'il était agréable à Dieu”. C'est aussi le privilège de chaque croyant aujourd'hui. L'homme demeure en Dieu et Dieu demeure parmi les hommes. “Moi en eux, et toi en moi”, a dit Jésus. Marcher avec Dieu et avoir la certitude de lui être agréable est une expérience qui n'et pas seulement réservée à Hénoc, à Elie, aux patriarches, aux prophètes, aux apôtres et aux martyrs. Ce n'est pas seulement le privilège, mais c'est aussi le devoir des disciples du Christ de garder Jésus précieusement dans leur cœur et de l'emporter avec eux dans leur vie; ils seront alors vraiment des arbres portant du fruit. — Manuscrit 43, 1900 (2 août 1900), “Le prophète Hénoc”.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»