Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Levez vos yeux en haut, Page 222

De vrais soldats du Christ, 4 août

Mettez en pratique la parole et ne vous bornez pas à l'écouter en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements. Jacques 1:22.

Pour être de vrais soldats de Jésus-Christ, nous devons répondre aux exigences de sa Parole, en tant que sujets loyaux du royaume céleste. ... Ceux qui prétendent croire à la vérité doivent être conscients du grand combat qui nous attend et de la signification du rôle de fidèle soldat de Jésus-Christ. ... L'armée du Sauveur invite les volontaires à s'engager. Ceci implique une soumission entière des passions, de la volonté et des habitudes à la volonté du Maître. Notre devoir est d'obéir aux ordres du puissant général des armées. Une organisation structurée, puissante et active, doit être maintenue. Les recrues doivent être instruites jusqu'à la parfaite obéissance; toutes les tâches doivent être exécutées, même celles qui ne sont pas toujours considéréres comme essentielles; il s'agit maintenant d'avoir foi en une sagesse et une puissance supérieures aux nôtres. Ayez foi en Dieu, une foi inébranlable en la compétence, le talent et la fidélité de votre Chef, qui connaît le plan de la bataille.

Le Seigneur Jésus ne trompe pas ses soldats. Il leur révèle le conflit, leur présente le plan de bataille, leur indique les périls de l'entreprise et exhorte chacun à calculer la dépense. Il ne les laisse pas dans l'ignorance. Avant de les engager comme soldats dans son armée, il leur demande d'établir un bilan, car la vie de soldat est toute de devoir.

Chacun se voit attribuer une tâche, et aucune excuse ne peut être avancée si le travail donné par Dieu n'est pas exécuté. Certains sont négligents et nonchalants. D'autres sont des serviteurs paresseux comme celui à qui il avait été confié un talent pour qu'il l'utilise et le fasse fructifier, mais ... qui l'enfouit dans la terre et n'en fit aucun usage. Quand il dut rendre son talent à Dieu, le propriétaire, ce serviteur ne possédait que son talent inutilisé. Personne n'avait profité de ce talent. Il aurait au moins pu l'utiliser au mieux et selon ses possibilités, mais il le rendit en se plaignant du Seigneur: “Je savais que tu es un homme dur, qui moissonnes où tu n'as pas semé, et qui amasses où tu n'as pas vanné; j'ai eu peur, et je suis allé cacher mon talent dans la terre; voici, prends ce qui est à toi.” Matthieu 25:24, 25. Le Seigneur reprit ses paroles: “Tu savais.” En fait, il ne connaissait pas Dieu, ni ses œuvres, ni ses voies, ni la grâce et la bonté qu'il lui manifestait en lui donnant l'occasion de faire fructifier les talents qui lui avaient été confiés. Il est dit: “Otez-lui ... le talent, et donnez-le à celui qui a les dix talents. Car on donnera à celui qui a, ... mais à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il a.” Versets 28, 29. — Manuscrit 98, 1900 (4 août 1900), “Les vrais soldats du Christ”.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»