Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Levez vos yeux en haut, Page 94

Des progrès constants, 29 mars

Je ne pense pas l'avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. Philippiens 3:13, 14.

C'est le devoir de chaque homme, s'il se dit chrétien, de dominer ses pensées par la raison et de s'obliger à être de bonne humeur et heureux. Quelle que soit l'amertume de son chagrin, il devrait cultiver un esprit de repos et de tranquillité en Dieu. La sérénité qui est en Jésus-Christ, la paix du Christ, comme elle est précieuse, comme son influence est guérissante, comme elle est calmante pour l'âme opprimée! Aussi sombres que se dessinent ses perspectives, que le chrétien chérisse des pensées remplies d'espoir pour le bien. On ne gagne rien à se montrer abattu, mais on perd beaucoup. Tout en contribuant au bonheur et à la santé des autres, la bonne humeur, la calme résignation et la paix du chrétien lui feront à lui-même le plus grand bien. La tristesse, les conversations sur des sujets désagréables, encouragent les scènes déplaisantes et font retomber sur soi-même les effets contrariants. Dieu désire que nous oubliions tout cela — que nous ne baissions pas les regards, mais que nous levions les yeux en haut, en haut!

La tristesse paralyse la circulation dans les vaisseaux sanguins et les nerfs, et elle retarde également les fonctions du foie. Elle entrave le processus de la digestion, ceux de la nutrition, et elle a tendance à assécher la moelle de tout l'organisme. ...

Les desseins de Dieu sont souvent voilés de mystère; ils sont incompréhensibles aux esprits limités; mais Celui qui voit la fin dès le commencement sait tout mieux que nous. Ce dont nous avons besoin, c'est de nous purifier de notre caractère terrestre, de perfectionner notre caractère chrétien, afin que nous puissions être revêtus de la robe de justice du Christ. ... La foi, la patience, la longanimité, les pensées tournées vers le ciel, la confiance en votre Père céleste, ce sont là les fleurs parfaites qui s'épanouissent parmi les nuages, les déceptions, les deuils. ...

La consigne de la providence en relation avec son peuple est l'avancement, le progrès. Le chemin de la sainteté est fait de progrès constants. C'est s'élever de plus en plus haut dans la connaissance et l'amour de Dieu. ... Dieu ne change pas — il est le même hier, aujourd'hui, et éternellement. Nous devons faire preuve de foi dans toutes nos prières, car elle n'a pas perdu sa puissance; et l'humble obéissance a toujours sa récompense. Si nos frères, qui professent croire en la vérité, démontraient leur foi par leurs œuvres, ils honoreraient Dieu et seraient rendus capables de convaincre bien des âmes qu'ils possèdent la vérité, car selon leur foi et leur obéissance, ils accompliront les promesses de Dieu et seront doués de la puissance d'en-haut. — Lettre 1, 1883 (29 mars 1883), à J. N. Andrews, notre premier missionnaire, qui mourait de tuberculose en Suisse.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»