Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Messages choisis, vol. 1, Page 269

Chapitre 30 — La loi et l'Evangile*Article paru dans The Signs of the Times, 14 mars 1878.

Christ et la Loi

En rejetant le Christ, les Juifs ont rejeté le fondement de leur foi. D'autre part, le monde chrétien qui aujourd'hui se réclame de la foi au Christ tout en rejetant la loi de Dieu, commet une erreur semblable à celle de ces Juifs égarés. Ceux qui déclarent s'en tenir au Christ et placer en lui leur espoir, mais qui en même temps jettent le mépris sur la loi morale et sur les prophéties, ne se trouvent pas en meilleure posture que les Juifs incrédules. Ils ne peuvent inviter les pécheurs à la repentance d'une manière intelligente, incapables qu'ils sont d'expliquer de quoi il faut se repentir. Le pécheur qu'on exhorte à renoncer à ses péchés a le droit de demander: Qu'est-ce que le péché? Ceux qui respectent la loi de Dieu peuvent répondre: Le péché est la transgression de la loi. Ceci est confirmé par la déclaration de Paul: Sans la loi je n'aurais pas connu le péché.

Ceux-là seuls qui se reconnaissent liés par les exigences de la loi morale peuvent expliquer la nature de l'expiation. Le Christ est venu en qualité de médiateur entre Dieu et l'homme, pour réaliser l'union de celui-ci avec Dieu en l'amenant à obéir à sa loi. La loi est impuissante à pardonner au transgresseur. Jésus seul peut payer la dette du pécheur.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»