Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Messages choisis, vol. 1, Page 365

Chapitre 47 — La vérité telle qu'elle est en Jésus*Article paru dans The Review and Herald, 17 juin 1890.

Le Christ, un divin porteur des péchés

Dieu a manifesté un amour sans égal en livrant son Fils unique à la mort pour les pécheurs. Nous avons entière confiance en ce passage de l'Ecriture qui dit: “Dieu est amour” (1 Jean 4:8); néanmoins on a parfois perverti honteusement cette parole; une fausse interprétation a entraîné une erreur dangereuse. La sainte loi de Dieu est le seul étalon nous permettant d'estimer l'amour divin. Si nous ne la prenons pas pour notre étalon, nous nous créons un étalon de notre confection. Dieu nous a donné de précieux gages de son amour, mais nous ne devons pas attribuer à Jéhova une tendresse qui l'amènerait à accorder l'impunité.

Le Créateur aime ses créatures, mais celui qui préfère le péché à la justice, l'erreur à la vérité, perpétue la transgression qui amena le malheur sur notre monde: il ne saurait être considéré avec faveur par le Dieu de vérité. Le chemin de la vérité et de la justice aboutit à la croix. Beaucoup se trompent au sujet des exigences de Dieu: ils leur font dire tout ce qui ne trouble pas leurs consciences, tout ce qui ne gêne pas leurs affaires; mais la vérité seule sanctifie.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»