Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Messages choisis, vol. 1, Page 394

Chapitre 51 — Unis au cep vivant*Article paru dans The Signs of the Times, 26 décembre 1892.

Le Christ, un divin porteur des péchés

“Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.” 2 Corinthiens 5:17. Il n'y a que la puissance divine qui puisse régénérer le cœur humain et imprégner les âmes de l'amour du Christ pour ceux qu'il a voulu sauver par sa mort. Le fruit de l'Esprit c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la foi, la douceur, la tempérance. Dès qu'un homme est converti à Dieu, il éprouve de nouveaux goûts, au point de vue moral, il reçoit une nouvelle force, il apprend à aimer ce que Dieu aime; car les chaînes d'or des immuables promesses rattachent sa vie à celle de Jésus. L'amour, la joie, la paix, une gratitude inexprimable envahissent son âme; les bénédictions dont il est l'objet le font s'écrier: “Ta bonté me rend fort.” Psaumes 18:36 (V. synodale).

Ceux qui attendent un changement de caractère magique sans un effort décisif de leur part pour vaincre le péché, vont au-devant d'une déception. Aussi longtemps que nous regardons à Jésus, nous n'avons rien à craindre; aucune raison de douter de ceci: il est capable de sauver parfaitement tous ceux qui viennent à lui; cependant, il faut toujours craindre

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»