Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Messages choisis, vol. 1, Page 428

Chapitre 57 — Le Christ, chemin de la vie*Article paru dans The Review and Herald, 4 novembre 1890.

Le Christ, notre justice

“Jésus alla dans la Galilée, prêchant l'Evangile de Dieu. Il disait: Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle.” Marc 1:14, 15.

La repentance est associée à la foi; l'Evangile la recommande comme condition du salut. Paul prêchait la repentance. Il déclare: “Vous savez que je n'ai rien caché de ce qui vous était utile, et que je n'ai pas craint de vous prêcher et de vous enseigner publiquement et dans les maisons, annonçant aux Juifs et aux Grecs la repentance envers Dieu et la foi en notre Seigneur Jésus-Christ.” Actes 20:20, 21. Point de salut sans repentir. Aucun pécheur impénitent ne peut croire en son cœur de manière à obtenir la justice. La repentance est définie par Paul: “La tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais.” 2 Corinthiens 7:10. Cette repentance n'a rien de méritoire, mais elle prépare le cœur à accepter le Christ comme unique Sauveur, seul espoir du pécheur perdu.

Lorsque le pécheur considère la loi, il devient conscient de sa culpabilité, et il se sent condamné. Il ne trouve de

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»