Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Messages choisis, vol. 2, Page 240

Chapitre 23 — Conseil adressé à quelqu'un qui s'apprêtait à quitter l'oeuvre de Dieu pour des raisons financières

[Le 3 novembre 1892, un gérant d'une maison d'édition informa Mme E. G. White par écrit qu'il était décidé à quitter l'institution pour un emploi hors de la dénomination en raison d'une situation financière difficile. N'ayant pas su arranger son existence dans les limites de ses revenus, il avait contracté une dette de 1244 dollars à l'encontre de l'institution durant une période de huit années. Dans le même temps il s'était endetté vis-à-vis du sanatorium. Les deux institutions réclamaient aimablement le remboursement de ces dettes. Dans de telles circonstances il se croyait autorisé à quitter notre œuvre pour un emploi mieux rémunéré, avec l'espoir de payer ses dettes, sans l'intention de retourner jamais à un emploi dans la cause de Dieu. Mme White a répondu par la Lettre qui suit. — Les compilateurs.]

Mon frère, dans votre Lettre vous exprimez l'intention de quitter le bureau de la Review. Je regrette que vous vouliez vous séparer de l'œuvre pour les raisons que vous indiquez. Il est évident que vous avez besoin d'une expérience plus profonde que celle dont vous jouissez actuellement. Vous avez une très faible foi. D'autres familles, plus nombreuses que la vôtre, pourvoient à leur entretien sans un mot de plainte avec la moitié du salaire que vous recevez. Nous avons examiné les choses, et je sais de quoi je parle. De toute évidence, soit que vous restiez à la Review, soit que vous vous en sépariez, vous avez à apprendre des leçons du plus grand intérêt. Je ne me sens pas libre de vous demander de rester; car à moins que vous ne vous désaltériez à la source des eaux de la vie, Dieu ne saurait agréer vos services.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»