Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Messages choisis, vol. 2, Page 294

Chapitre 27 — Ceux qui sont en deuil

Un deuil adoucit et subjugue

Les afflictions que j'ai eues en partage ont eu une influence adoucissante et subjugante; elles ont éloigné de mon cœur toute inimitié et l'ont rempli de sympathie et d'amour. Mes deuils,*Deux de ses quatre garçons étaient morts prématurément — l'aîné, Henry, à l'âge de seize ans, Herbert, le plus jeune, à trois mois. Son mari, le pasteur James White, mourut en 1881, après une très courte maladie, à l'âge de soixante ans. Il est fait allusion à cette expérience, plus loin, dans ce chapitre. — Les compilateurs.mes peines, mes souffrances n'ont pas été inutiles: ils m'ont mieux fait sentir la présence de mon Sauveur. Mes regards ont été dirigés vers les beautés du ciel qui est au-dessus de nous; j'ai entrevu le monde éternel et l'immense récompense. Quand tout semblait noir une éclaircie s'est produite dans les nuages et des rayons lumineux émanant du trône ont dissipé l'obscurité. Dieu ne veut pas qu'aucun de nous succombe à la douleur, le cœur brisé. Il veut que nous regardions en haut pour apercevoir l'arc-en-ciel de la promesse, et refléter la lumière vers d'autres personnes.

Notre Sauveur béni se tient près de certains dont les yeux aveuglés par les larmes ne savent pas le distinguer. Il désire serrer fortement nos mains tandis que nous nous accrochons

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»