Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Messages choisis, vol. 2, Page 328

Chapitre 29 — L'emploi de remèdes

Pour soulager la souffrance et rendre la santé

Employer tous les moyens disponibles. — Ce n'est pas manquer de foi que d'user des moyens dont le Seigneur nous a pourvus pour alléger la souffrance et seconder la nature, que de collaborer avec Dieu et de se placer dans les conditions les plus favorables à la guérison [quand un malade a demandé que l'on prie pour sa guérison]. Les lois de la vie nous ont été révélées pour notre bien. Usons donc de tous les moyens mis à notre disposition; profitons de tous les avantages possibles, et travaillons en harmonie avec les lois naturelles. — Rayons de Santé, 311.

Employer les moyens qui sont à notre portée. — Vous êtes dans l'erreur en pensant qu'aucun remède ne doit être employé pour les malades. Dieu ne guérit pas le malade sans l'aide des moyens thérapeutiques qui sont à la portée de l'homme; ou quand les hommes refusent de se servir des simples remèdes offerts par lui: l'air pur et l'eau.

Du temps de Christ il y avait des médecins. Luc est appelé le médecin bien-aimé. Il comptait sur le Seigneur pour lui donner de l'habileté dans l'application des remèdes.

Quand le Seigneur fit savoir à Ezéchias qu'il lui accordait un sursis de quinze années et que pour lui signifier son intention de tenir sa promesse il ferait reculer le soleil de

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»