Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Le Ministère de la Guérison, Page 25

Les jours de ministère

Dans un foyer de pêcheurs de Capernaüm, la belle-mère de Pierre, étendue sur son lit de malade, avait “une violente fièvre”, et “on parla d'elle à Jésus”. Le Seigneur “toucha sa main, et la fièvre la quitta”. Elle se leva, et servit Jésus et ses disciples. Luc 4:38; Marc 1:30; Matthieu 8:15. MG 25.1

La nouvelle se répandit rapidement. Le miracle eut lieu un sabbat, et par peur des rabbins, le peuple n'osa pas venir pour être guéri avant le coucher du soleil. Alors, des maisons, des magasins, des marchés, les habitants de la cité se pressèrent vers l'humble demeure qui abritait Jésus. On amenait les malades couchés sur leurs grabats, appuyés sur leurs béquilles; ou, soutenus par des amis, ils titubaient faiblement en présence du Sauveur. MG 25.2

Heure après heure, ils venaient et repartaient. Car nul ne savait si demain le grand Médecin serait encore parmi eux. Jamais encore Capernaüm n'avait été témoin d'une journée comme celle-ci. L'air était rempli de voix triomphantes et de cris de délivrance. MG 25.3

Jésus ne cessa son œuvre que lorsque le dernier malheureux eut été soulagé. La nuit était bien avancée quand la multitude s'éloigna et que le silence tomba sur la maison de Simon. Une fois terminée la longue journée mouvementée, Jésus chercha du repos. Tandis que la ville était endormie, “pendant qu'il faisait encore très sombre”, le Sauveur “se leva, et sortit pour aller dans un lieu désert, où il pria”. Marc 1:35. MG 25.4

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»