Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Le Ministère de la Guérison, Page 268

Les extrêmes dans l'alimentation

Tous ceux qui font profession d'adhérer à la réforme alimentaire ne sont pas pour cela de vrais réformateurs. Pour beaucoup, cette réforme consiste simplement à écarter certains aliments malsains. Ils n'ont pas une juste conception des principes de la santé, et leurs tables, encore chargées de friandises indigestes, sont loin d'être un modèle de tempérance chrétienne et de modération.

D'autres, voulant montrer l'exemple, versent dans l'extrême opposé. Ne pouvant se procurer les meilleurs aliments, au lieu de les remplacer le mieux possible, ils adoptent un régime déficitaire qui ne leur apporte pas les éléments nécessaires à la formation d'un sang généreux. Leur santé en pâtit, leur activité est compromise, et leur exemple témoigne plutôt contre la réforme qu'en sa faveur.

D'autres encore pensent que la santé exigeant une nourriture simple, il n'est pas nécessaire de choisir et de préparer des aliments avec soin. Se restreignant à une alimentation très sommaire et ne présentant pas une variété d'éléments nutritifs suffisante pour répondre aux besoins du corps, ils en subissent les conséquences.

Les gens qui n'ont qu'une idée imparfaite des principes de la réforme sanitaire sont souvent les plus tenaces, non seulement à maintenir leur point de vue, mais à chercher à l'imposer à leur famille et à leurs amis. Cette réforme tronquée a des effets désastreux sur leur santé; leurs efforts pour la faire adopter donnent à beaucoup une fausse idée

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»