Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Le Ministère de la Guérison, Page 363

Les limites de la raison et de la science

L'un des plus grands dangers qui menacent ceux qui s'adonnent aux recherches scientifiques, c'est la tendance à exalter la raison au-dessus de sa valeur réelle et en dehors de la sphère qui lui est propre. Il en est beaucoup qui émettent des jugements sur le Créateur et sur ses œuvres en se basant sur leurs connaissances imparfaites au point de vue scientifique. Ils essayent de déterminer la nature, les attributs et les prérogatives de Dieu, et spéculent sur l'Etre infini. Ceux qui se livrent à cette étude foulent un terrain défendu. Leurs recherches ne peuvent aboutir à aucun résultat valable, et ne se poursuivent qu'au péril de leur âme.

C'est en voulant satisfaire le désir de savoir ce que Dieu leur avait caché que nos premiers parents tombèrent dans le péché. En voulant acquérir cette connaissance, ils perdirent tout ce qui était digne d'être possédé. Si Adam et Eve n'avaient jamais touché au fruit défendu, Dieu leur aurait communiqué une connaissance sur laquelle ne reposait pas la malédiction du péché, et qui leur aurait procuré une joie éternelle. Tout ce qu'ils gagnèrent, en écoutant le tentateur, fut de connaître le mal et ses conséquences. C'est à cause de leur désobéissance que Dieu devint étranger à l'humanité, et que la terre fut séparée du ciel.

C'est une leçon pour nous. Le terrain sur lequel Satan conduisit nos premiers parents est le même où il veut nous

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»