Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Le Ministère de la Guérison, Page 45

L'attouchement de la foi

“Si je puis seulement toucher son vêtement, je serai guérie.” Matthieu 9:21. Ce fut une pauvre femme qui prononça ces paroles. Depuis douze ans, elle souffrait d'une maladie qui avait fait de sa vie un fardeau. Médecins et médicaments avaient absorbé tous ses biens. Mais on l'avait déclarée incurable. Quand elle entendit parler du grand Médecin, elle reprit espoir. Elle se disait: Si je peux seulement m'approcher suffisamment de lui pour pouvoir lui parler, je serai guérie.

Le Christ était en route vers la maison de Jaïrus, le rabbin juif qui lui avait demandé de venir guérir sa fille. L'appel venu d'un cœur brisé: “Ma petite fille est à l'extrémité; viens, impose-lui les mains, afin qu'elle soit sauvée et qu'elle vive” (Marc 5:23), avait touché le cœur tendre et plein de sympathie du Christ. Il se mit en route sur-le-champ avec le chef pour sa maison.

Ils avançaient lentement, car la foule se pressait de tous côtés contre le Christ. En se frayant un chemin à travers la multitude, le Sauveur s'approcha de l'endroit où se tenait la pauvre femme affligée. A maintes reprises, elle avait essayé de s'approcher de lui. En vain. Mais l'occasion se présentait maintenant à elle. Elle ne voyait aucun moyen de lui parler. Elle n'essayerait pas de freiner sa lente progression.

Elle avait entendu dire que l'on pouvait être guéri seulement en touchant ses vêtements. Craignant de manquer sa

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»