Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Le Ministère de la Guérison, Page 57

La guérison de l'âme

Beaucoup de ceux qui vinrent au Christ pour trouver de l'aide étaient responsables de leurs maux. Cependant, il ne refusa pas de les soigner. Quand la puissance du Christ pénétrait dans ces âmes, elles étaient convaincues de péché. Plusieurs furent guéries de leurs maladies spirituelles autant que de leurs maux physiques.

Parmi elles se trouvait le paralytique de Capernaüm. Comme le lépreux, ce paralytique avait perdu tout espoir de guérison. Sa maladie était le résultat d'une vie de péché, et le remords venait aggraver ses souffrances. En vain avait-il fait appel aux pharisiens et aux médecins pour obtenir un soulagement. Ils l'avaient déclaré incurable. Ils le dénonçaient comme pécheur et affirmaient qu'il mourrait de la colère de Dieu.

L'infirme avait sombré dans le désespoir. C'est alors qu'il entendit parler de l'œuvre de Jésus. D'autres, aussi pécheurs et aussi désespérés que lui, avaient été guéris. Cela l'encouragea à croire que, lui aussi, il pourrait être guéri s'il était transporté jusqu'au Sauveur. Son espoir s'évanouit quand il se souvint de la cause de sa maladie, mais il ne pouvait rejeter la possibilité de guérison.

Il désirait surtout être délivré du fardeau du péché. Il désirait profondément voir Jésus, obtenir l'assurance du pardon, et faire la paix avec les cieux. Alors, il serait prêt à vivre ou à mourir, selon la volonté de Dieu.

Il n'y avait plus de temps à perdre. Déjà, sa chair

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»