Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Messages à la Jeunesse, Page 208

Chapitre — 65 Diligence recompensee

Jeunes gens, songez que votre indolence vous fait perdre l'expérience inestimable que vous obtiendriez en accomplissant fidèlement les devoirs de la vie quotidienne. Celui qui se montre indolent et qui reste volontairement ignorant accumule les obstacles sur son sentier. Il dédaigne une culture qui lui coûterait des efforts. Il fait tort à Dieu en refusant de tendre une main secourable à l'humanité. Il s'éloigne de la carrière que Dieu lui a tracée; en effet, mépriser un emploi utile de ses forces, c'est encourager des goûts inférieurs et paralyser les meilleures énergies de l'être.

Des milliers d'êtres humains n'existent que pour consommer les bienfaits que la miséricorde divine leur dispense. En leur donnant les fruits de la terre, Dieu leur a confié des richesses: ils oublient de lui apporter des offrandes de reconnaissance. Ils oublient que Dieu désire qu'en faisant valoir les talents à eux confiés ils soient des producteurs en même temps que des consommateurs. S'ils comprenaient ce que le Seigneur attend d'eux dans le domaine de la bienfaisance, ils ne trouveraient pas leur avantage à fuir des responsabilités et à se laisser servir.

Le bienfait du travail

Le vrai bonheur c'est d'être bon et de faire du bien. Les plus pures jouissances sont réservées à ceux qui accomplissent fidèlement leurs devoirs. Aucun travail honnête n'est dégradant. C'est une ignoble paresse qui

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»