Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Messages à la Jeunesse, Page 212

leur Créateur; son bonheur est d'inventer des jeux et des scènes théâtrales qui jettent le désordre dans les sens de la jeunesse, lui faisant oublier Dieu et le ciel.

Il n'y a pas de meilleure sauvegarde contre le mal qu'une occupation utile; en revanche, l'oisiveté est l'une des plus grandes malédictions: le vice, le crime et la misère marchent à sa suite. Ceux qui sont constamment occupés, qui se donnent avec joie à leur tâche quotidienne, sont des membres utiles de la société. En s'acquittant fidèlement des devoirs divers qui se présentent à eux, ils font de leur vie un bienfait pour eux-mêmes et pour d'autres. Un travail diligent les met à l'abri de bien des pièges de celui qui “a toujours quelque mauvais tour à proposer à des mains oisives”.

Une mare stagnante ne tarde pas à devenir incommodante, alors qu'un ruisseau d'eau courante répand la santé et la joie sur le pays. L'une est le symbole du paresseux, l'autre celui du travailleur....

L'exemple du Christ

Si dur et si fatigant que paraisse aux habitants de la terre le sentier du travail, il a été honoré par le Rédempteur qui y a laissé l'empreinte de ses pieds; il n'y a pas de danger à marcher dans cette voie sacrée. Par la parole et par l'exemple, Christ a ennobli le travail utile. La plus grande partie de sa vie terrestre s'est écoulée dans l'atelier du charpentier de Nazareth, où il a travaillé patiemment. Sous les apparences d'un ouvrier ordinaire, le Seigneur de la vie a parcouru les rues de la petite ville qu'il habitait, allant à son modeste travail; des anges l'accompagnaient tandis qu'il frôlait des paysans et des ouvriers sans que personne prît garde à lui....

Un travail judicieux est pour l'homme un tonique bienfaisant. Il procure la force aux faibles, la richesse

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»