Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Messages à la Jeunesse, Page 231

Chapitre — 71 La science de la vie

Que peut-on faire pour arrêter la vague de maladie et de crime qui entraîne la famille humaine vers la ruine et la mort? S'il est vrai que la cause principale du mal provient de ce qu'on se livre aux appétits et aux passions, le premier pas dans la voie de la réforme sera de mettre en pratique une leçon de tempérance et de maîtrise de soi-même.

Si l'on veut obtenir une amélioration durable dans la société, il faut éduquer les masses, en commençant par l'enfance. L'avenir d'un homme ou d'une femme est généralement déterminé par les habitudes contractées au cours des premières années, par les goûts acquis, la victoire remportée sur soi-même, les principes inculqués dès le berceau. Le crime et la corruption causés par l'intempérance et le relâchement de la morale pourraient être évités en donnant à la jeunesse une éducation appropriée.

Sante et maitrise de soi-meme

Une bonne santé contribue pour une large part à former, parmi les jeunes, des caractères purs et nobles, à dominer les appétits et à s'abstenir d'excès avilissants. En même temps, ces mêmes habitudes de tempérance sont indispensables au maintien de la santé. Hommes et femmes, et ceci est extrêmement important, doivent être initiés à la science de la vie humaine, pour savoir comment on peut acquérir et conserver la santé. C'est surtout au cours des premières années qu'il convient

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»