Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Messages à la Jeunesse, Page 238

Chapitre — 75 Ne pas s'instruire au detriment de la sante

Certains élèves se donnent tout entiers à leurs études, absorbés par la préoccupation de s'instruire. Tandis qu'ils font travailler leur cerveau, ils laissent leurs forces physiques dans l'inaction. Ainsi le cerveau est surmené, tandis que les muscles s'affaiblissent, faute d'exercice. Quand ces élèves obtiennent leur diplôme, on voit qu'ils se sont instruits aux dépens de leur vie. Ils ont étudié jour et nuit, année après année, l'esprit toujours tendu, sans que les muscles aient eu un exercice suffisant....

Des jeunes filles s'adonnent fréquemment aux études en négligeant d'autres branches de l'éducation essentielles pour la vie pratique. Souvent, leur instruction complétée, elles restent invalides pour la vie. Elles ont négligé leur santé en restant trop longtemps enfermées, privées de l'air pur et de la lumière solaire que Dieu a donnés. Ces jeunes filles auraient pu sortir de l'école en bonne santé si elles avaient joint à leurs études des travaux d'intérieur et des exercices en plein air.

La santé est un trésor précieux, le plus riche qui soit accessible aux mortels. La richesse, les honneurs, l'instruction sont payés trop cher s'ils sont acquis aux dépens de la santé. Rien ne peut assurer le bonheur quand la santé fait défaut. — Counsels to Parents, Teachers, and Students, 285, 286.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»