Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Messages à la Jeunesse, Page 245

Chapitre — 77 La priere, notre forteresse

Parmi les dangers de ces derniers jours, il n'y a de sécurité pour la jeunesse que dans une vigilance toujours croissante et dans la prière. Le jeune homme qui prend son plaisir à lire la Parole de Dieu et à s'entretenir avec Dieu, sera rafraîchi constamment à la source de la vie. Il atteindra un niveau de perfection morale et une largeur de pensée inconcevables. La communion avec Dieu encourage les bonnes pensées, les nobles aspirations, les perceptions claires de la vérité et les mobiles d'action les plus élevés. Dieu reconnaît comme ses fils et ses filles ceux qui entrent ainsi en relation avec lui. Ils montent sans cesse vers les cimes, obtiennent une vision toujours plus claire de Dieu et de l'éternité et deviennent des instruments par lesquels le Seigneur communique au monde lumière et sagesse.

Comment prier

La prière n'est pas comprise comme elle devrait l'être. Nos prières n'ont pas pour but de faire connaître à Dieu ce qu'il ignore. Les secrets de chaque âme sont connus du Seigneur. Nos prières n'ont pas besoin d'être longues, ni prononcées à haute voix. Dieu lit les pensées cachées. Si nous prions dans le secret, Celui qui voit dans le secret entendra et nous récompensera publiquement.

Crier à Dieu sa misère alors qu'on n'éprouve pas le sentiment de cette misère, c'est de l'hypocrisie. Le Seigneur n'écoute et n'exauce que la prière d'un cœur

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»