Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Messages à la Jeunesse, Page 277

Chapitre — 90 Nourriture mentale appropriee

Que liront nos enfants? C'est une question importante qui demande une réponse réfléchie. Je suis vivement préoccupée lorsque je trouve dans des familles chrétiennes des journaux dont les feuilletons ne peuvent donner aucun enseignement utile. J'ai suivi de près des personnes qui ont donné libre cours à leur goût pour les lectures fictives. Elles ont eu l'occasion d'entendre annoncer les vérités de la Parole de Dieu et de se familiariser avec les raisons de notre foi; mais elles sont arrivées à l'adolescence sans avoir connu la véritable piété.

Lorsque ces chers jeunes gens édifient leur caractère, ils ont besoin des meilleurs matériaux: l'amour et la crainte de Dieu, et la connaissance de Jésus-Christ. Mais beaucoup ne possèdent pas une compréhension intelligente de la vérité telle qu'elle est en Jésus. Ils se délectent d'histoires à sensation. Ils vivent dans un monde fictif, et ne sont pas préparés pour les devoirs de la vie pratique.

La lecture des romans et ses effets

J'ai observé des enfants auxquels on avait permis de lire de ces ouvrages. Soit qu'ils se trouvent à la maison ou au dehors, ils sont ou remuants ou songeurs, et sont incapables de tenir une conversation élevée. Les facultés les plus nobles, celles qui sont adaptées aux activités supérieures, ont été dégradées par la contemplation de sujets futiles, si ce n'est pis. Maintenant, de tels sujets répondent pleinement aux aspirations du lecteur de romans qui n'a plus ni le désir, ni le pouvoir de s'élever plus haut. Les pensées et les conversations religieuses sont devenues insipides pour lui. Les

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»