Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Messages à la Jeunesse, Page 318

Chapitre — 106 Economie et bienfaisance

Beaucoup méprisent l'économie en la confondant avec l'avarice et l'étroitesse. Mais l'économie est compatible avec la plus large libéralité. En fait, sans économie il ne peut y avoir de véritable libéralité. Nous devons épargner afin de pouvoir donner.

Nul ne peut pratiquer la véritable bienfaisance sans abnégation. Ce n'est qu'en vivant avec simplicité, dans le renoncement et l'économie, qu'il est possible d'accomplir l'œuvre dont nous sommes chargés comme représentants du Christ. Bannissons de nos cœurs l'orgueil et les aspirations mondaines. Que le désintéressement du Christ nous inspire dans tout ce que nous faisons, et qu'on lise sur les murs de nos demeures: “Fais entrer dans ta maison les malheureux sans asile”; et sur nos armoires à linge, comme écrit par le doigt même de Dieu: “Revêts ceux qui sont nus”; de même que sur nos tables, chargées d'une nourriture abondante: “Partage ton pain avec celui qui a faim.”1Ésaïe 58:7.

Occasions de se rendre utile

Les occasions de nous rendre utiles sont nombreuses. Nous déplorons souvent l'insuffisance de nos ressources alors que nous pourrions les multiplier mille fois si nous étions des chrétiens zélés. Notre égoïsme, notre complaisance envers nous-mêmes font obstacle à notre utilité.

Que d'argent dépensé pour des choses dont on se fait des idoles, et qui absorbent, avec nos pensées, du

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»