Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Messages à la Jeunesse, Page 347

Chapitre — 118 Le vetement et le caractère

Les disciples du Christ ont été comparés au sel de la terre et à la lumière du monde. Le monde périrait dans sa corruption sans l'influence salutaire des chrétiens. Mais voyez ces chrétiens qui négligent leurs vêtements et leur personne, qui se montrent peu scrupuleux dans leurs affaires, grossiers, discourtois et rudes dans leurs manières, vulgaires dans leurs conversations, et qui considèrent ces défauts comme des marques d'une vraie humilité et d'une vie chrétienne. Pensez-vous que si notre Sauveur était sur la terre il les désignerait comme étant le sel de la terre et la lumière du monde? — Non, absolument pas!

Les chrétiens ont une conversation élevée; et quoiqu'ils considèrent comme un péché de s'abaisser à des flatteries insensées, ils se montrent courtois, aimables, bienveillants. Leurs paroles sont marquées au coin de la sincérité et de la vérité. Dans leurs rapports avec leurs frères et avec le monde, ils agissent avec loyauté. Dans leurs vêtements, ils évitent tout ce qui est superflu et vain; cependant, ils portent des vêtements propres, sans rien de criard, modestes, arrangés avec ordre et avec goût. Il faudra surtout veiller à se vêtir de manière à manifester un saint respect pour le sabbat et pour le culte divin.

Entre de tels chrétiens et le monde, il existe une ligne de démarcation bien nette. Les croyants exerceraient une influence dix fois plus grande si, après avoir

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»