Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Messages à la Jeunesse, Page 390

Chapitre — 133 Comment passer les fetes

Il faut des récréations à ceux qui se livrent à un travail manuel, et plus encore à ceux qui ont un travail mental. Appliquer son esprit d'une manière constante et excessive même à des sujets religieux n'est nécessaire ni à notre salut ni à la gloire de Dieu. Il est des amusements, tels que la danse, les jeux de cartes, d'échecs et de dames, etc., que nous ne pouvons pas approuver parce que le ciel les condamne. Ces amusements attirent de grands maux. Ils ne tendent pas au bien, mais exercent une influence excitante, suscitent en certains esprits la passion des jeux de hasard et entraînent la dissipation. Tous les jeux de ce genre devraient être condamnés par les chrétiens et remplacés par quelque chose de totalement inoffensif.

En ce qui concerne nos jours de fête, il ne faut ni se conformer aux usages du monde, ni n'en tenir aucun compte, ce qui occasionnerait le mécontentement chez nos enfants. En ces jours où nos enfants courent le danger de subir de mauvaises influences, de se laisser corrompre par les plaisirs excitants du monde, les parents devraient imaginer quelque chose qui puisse prendre la place des amusements dangereux. Montrez à vos enfants que vous avez à cœur leur bien-être et leur bonheur.

Plusieurs familles vivant dans la même ville ou dans le même village pourraient interrompre les occupations qui exigent un effort physique et mental pour faire, ensemble, une excursion à la campagne, au bord

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»