Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Premiers Ecrits, Page 107

frères. Et avec tout cela, ils ont à faire face à l'incrédulité et aux préjugés des adversaires.

Comme il leur serait plus facile sans cela de toucher les cœurs! Comme Dieu serait glorifié si ses serviteurs pouvaient, d'un esprit léger, présenter la vérité dans toute sa beauté! Ceux qui se sont rendus coupables d'absorber à ce point les serviteurs de Dieu, en leur racontant leurs difficultés qu'il leur était facile de régler eux-mêmes, auront à rendre compte au Seigneur pour tout le temps et les moyens employés pour leur être agréables, et, par là, donner satisfaction à l'ennemi. Ceux-là devraient pouvoir être capables de venir en aide à leurs frères, et ne jamais exposer à toute une assemblée leurs épreuves et leurs difficultés, ou attendre l'arrivée de quelque messager du Seigneur pour régler leurs affaires. Qu'ils se mettent eux-mêmes en règle avec Dieu, afin que leurs épreuves soient oubliées, et lorsque les ouvriers du Seigneur seront là, qu'ils soient prêts à les soutenir au lieu de les fatiguer inutilement.

*****

L'espérance de l'église1Article de la The Review and Herald, du 10 juin 1852.

Ces derniers temps, j'ai regardé autour de moi pour découvrir les vrais disciples de l'humble et doux Jésus, et mon esprit a été très perplexe.

Beaucoup de ceux qui professent attendre la venue prochaine du Sauveur vivent comme les mondains: ils sont bien plus préoccupés d'obtenir l'approbation de ceux qui les entourent que celle de Dieu. Ils sont froids et formalistes, comme les églises nominales dont ils sont sortis récemment. Le message à Laodicée décrit parfaitement leur condition. Voir Apocalypse 3:14-20. Ils ne sont ni froids ni

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»