Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Premiers Ecrits, Page 169

Le procès de Jésus

Lorsqu'ils quittèrent le ciel, dans la tristesse, les anges déposèrent leurs couronnes étincelantes. Ils ne pouvaient pas les porter tandis que leur chef souffrait et allait porter une couronne d'épines. Dans la salle du tribunal, Satan et ses anges s'efforçaient de détruire tout sentiment, toute sympathie humaine. L'atmosphère même était lourde et souillée par leur influence. Les chefs des prêtres et les anciens étaient poussés par eux à insulter et à maltraiter Jésus de la manière la plus difficile à supporter pour la nature humaine. Satan espérait que ces moqueries et ces violences amèneraient Jésus à proférer quelques plaintes ou quelques murmures; ou qu'il manifesterait sa puissance divine, échapperait à la multitude, annulant ainsi le plan du salut.

Après la trahison, Pierre suivit son Seigneur. Il se demandait anxieusement ce qu'on allait faire de Jésus. Mais quand il fut accusé d'être un de ses disciples, craignant pour son propre salut, il déclara qu'il ne connaissait pas cet homme. Les disciples étaient notés pour la pureté de leur langage. Pierre, pour convaincre ses accusateurs qu'il n'était pas disciple du Christ, le renia pour la troisième fois avec des imprécations et des jurons. Jésus, qui était à quelque distance de Pierre, jeta sur lui un regard de tristesse et de reproche. Alors le disciple se souvint des paroles que Jésus lui avait dites dans la chambre haute au sujet du zèle qu'il affichait à ce moment-là. “Quand tu serais pour tous une occasion de chute, avait-il dit, tu ne le seras jamais pour moi.” Depuis il avait renié son Seigneur, en faisant des imprécations et en jurant. Mais le regard de Jésus toucha le cœur de Pierre, et le sauva. Il pleura amèrement, se repentit de son grand péché et se convertit; il put alors affermir ses frères.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»