Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Premiers Ecrits, Page 213

Le sang du Christ et des disciples qu'ils avaient répandu retomba sur eux; ils furent terriblement châtiés. La malédiction reposa sur eux; ils furent la risée des païens et des soi-disant chrétiens. Avilis, évités, détestés, on aurait dit qu'ils portaient sur eux la marque de Caïn. Mais je vis que Dieu avait merveilleusement protégé ce peuple; qu'il l'avait dispersé à travers le monde afin qu'on puisse voir qu'il était l'objet de la malédiction divine. Je vis que Dieu avait rejeté les Juifs en tant que nation; mais que, individuellement, ils pouvaient encore se convertir et déchirer le voile qui recouvre leur cœur et les empêche de comprendre la Parole de Dieu, afin de voir que les prophéties à leur égard se sont accomplies. Ils accepteront ainsi Jésus comme Sauveur du monde, et se rendront compte du grand péché commis par leur nation en le rejetant et en le crucifiant.

*****

Le mystère de l'iniquite

Le plan de Satan a toujours consisté à détourner les hommes de Jésus et à détruire la responsabilité individuelle. Le grand ennemi échoua dans ses desseins lorsqu'il tenta le Fils de Dieu; mais il réussit mieux avec l'homme déchu. La chrétienté se corrompit; les papes et les prêtres s'exaltèrent eux-mêmes, et enseignèrent aux gens à se tourner vers eux pour obtenir le pardon de leurs péchés, au lieu de regarder eux-mêmes au Christ.

Les hommes furent trompés. On leur enseigna que les papes et les prêtres étaient les représentants du Christ, lorsqu'en réalité ils représentaient Satan, et ceux qui se prosternaient devant eux adoraient ce dernier. Le peuple

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»