Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Premiers Ecrits, Page 226

L'union de l'église et du monde

Après cela je vis Satan qui tenait un conseil avec ses anges pour considérer les gains qu'ils avaient obtenus. A la vérité, ils avaient, par crainte de la mort, empêché quelques âmes timides d'accepter la vérité; mais un grand nombre, même parmi les plus timides, s'étaient rangés du côté de la vérité, et immédiatement leurs craintes et leur timidité avaient disparu. En assistant à la mort de leurs frères, devant leur fermeté et leur patience, ils reconnaissaient que Dieu et les anges étaient avec eux pour pouvoir endurer de telles souffrances. Leur courage et leur hardiesse en étaient décuplés. Et lorsqu'ils étaient eux-mêmes appelés à donner leur vie, ils manifestaient leur foi avec une telle fermeté que leurs meurtriers tremblaient en les voyant.

Satan et ses anges décidèrent qu'il y avait un moyen plus efficace pour détruire les âmes, un moyen ayant plus de chance de réussite. Bien que les chrétiens aient été appelés à souffrir, leur fermeté et la bienheureuse espérance qui les encourageaient, donnaient de la hardiesse aux plus faibles et les rendaient capables d'affronter la torture et les flammes des bûchers. Ils imitaient la noble attitude du Christ lorsque, devant leurs bourreaux, par leur constance et la gloire de Dieu qui reposait sur eux, ils convainquaient les autres de la vérité.

Satan, donc, décida qu'il devait employer une manière plus douce. Il avait déjà altéré les doctrines de la Bible, et les traditions qui devaient perdre des millions d'âmes s'enracinaient profondément. Refoulant sa haine, il décida de conseiller à ses sujets de ne plus employer de telles persécutions, mais de faire adopter par l'Eglise différentes traditions,

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»