Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Premiers Ecrits, Page 64

pour leur bien et pour sa gloire. Jésus, le grand Docteur et le divin modèle, n'avait pas un lieu où reposer sa tête. Sa vie lut une vie de dur labeur, de tristesse et de souffrance; puis il se donna lui-même pour nous. Ceux qui, à la place du Christ, supplient les âmes de se réconcilier avec Dieu, et qui espèrent régner avec le Christ dans la gloire, doivent aussi s'attendre à partager ses souffrances ici-bas. “Ceux qui sèment avec larmes moissonneront avec chants d'allégresse. Celui qui marche en pleurant, quand il porte la semence, revient avec allégresse, quand il porte ses gerbes.” Psaumes 126:5, 6.

*****

La marque de la bête

Dans une vision qui me fut donnée le 27 juin 1850, l'ange qui m'accompagnait me dit: “Le temps est presque fini. Reflétez-vous l'image de Jésus comme vous le devriez?” Puis mon attention fut ramenée à la terre, et je vis que ceux qui venaient d'embrasser le message du troisième ange étaient loin d'être prêts. L'ange dit: “Préparez-vous, préparez-vous, préparez-vous! Vous devez mourir au monde comme vous ne l'avez jamais fait.” Je vis qu'il restait encore une grande œuvre à faire pour eux, et peu de temps pour la faire.

Ensuite je vis que les sept derniers fléaux seront bientôt versés sur ceux qui sont sans abri, et cependant le monde n'en faisait pas plus de cas que s'il s'agissait de quelques gouttes d'eau. Je fus alors rendue capable de voir les sept derniers fléaux: la colère de Dieu. Je vis que cette colère était terrible, épouvantable, et que s'il étendait la main, ou la levait dans sa colère, les habitants de cette terre seraient

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»