Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Les Paraboles de Jésus, Page 125

Deux adorateurs

Jésus prononça la parabole du pharisien et du publicain “en vue de certaines personnes se persuadant qu'elles étaient justes, et ne faisant aucun cas des autres”. Le pharisien monte au temple pour adorer, non parce qu'il se sent pécheur et qu'il a besoin de pardon, mais parce qu'il se croit juste et espère s'attirer de la considération. Il envisage son culte comme un acte méritoire qui le valorisera devant Dieu et donnera aux gens qui l'observent une haute opinion de sa piété. Il compte gagner l'estime à la fois de Dieu et des hommes. Son adoration est motivée par l'intérêt personnel.

Cet homme est rempli de lui-même et le montre dans son attitude, sa démarche et jusque dans ses prières. A l'écart des autres, il semble dire: “Ne m'approchez pas, car je suis saint!”1Ésaïe 65:5. Il se tient debout et prie “en lui-même”. Satisfait de sa propre personne, il pense que le Seigneur et les hommes le regardent avec la même complaisance.

“O Dieu, je te rends grâces, dit-il, de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain.”2Luc 18:11. Il ne juge pas son caractère d'après celui de Dieu, mais d'après celui des êtres humains, détournant sa pensée du ciel pour la reporter sur ses semblables. C'est là le secret de son contentement.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»