Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Patriarches et Prophètes, Page 149

Chapitre 15 — Le mariage d’Isaac

Parvenu à un âge avancé et augurant une mort prochaine, Abraham songea à prendre une mesure importante en vue de l’accomplissement de la promesse divine relative à sa postérité. Isaac, son héritier, choisi pour lui succéder comme gardien de la loi de Dieu et père du peuple élu, n’était pas marié. Pour Abraham, le choix d’une épouse pour son fils avait une extrême importance, surtout quant à l’influence qu’elle pourrait exercer en ce qui concerne la vraie foi. Isaac avait hérité de la confiance en Dieu et de la soumission à ses ordres qui caractérisaient son père. Mais il possédait, avec un tempérament très affectueux, une nature douce et conciliante. Or, les habitants de Canaan étaient idolâtres et Dieu avait défendu à son peuple de s’unir à eux par le mariage, ces unions étant de nature à l’entraîner dans l’apostasie. Abraham craignait que, lié à une personne étrangère au culte de Jéhovah, son fils ne fût en danger de sacrifier ses principes par amour de la paix.

Dans les temps primitifs, les questions matrimoniales étaient généralement réglées par les parents. C’était en tout cas la coutume parmi ceux qui adoraient le Seigneur. On ne contraignait personne à se marier contre son gré. En revanche, les affections des jeunes étaient dirigées par le jugement mûri de parents craignant Dieu.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»