Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Patriarches et Prophètes, Page 183

Alors, avec une profonde émotion, Jacob raconta à sa famille comment, dans une vision, Dieu lui était apparu lors de son passage à Béthel quand, craignant la mort, fugitif et solitaire, il avait quitté précipitamment les tentes de son père. Tandis que, l’âme attendrie, il repassait ainsi devant eux les preuves admirables de la bonté divine à son égard, la puissance d’en haut toucha également le cœur de ses enfants. Ce récit contribua efficacement à les disposer à s’associer à un service de consécration. “Ils donnèrent à Jacob tous les dieux étrangers qui étaient en leur possession et les anneaux qu’ils avaient à leurs oreilles; et Jacob les enfouit sous le chêne qui était près de Sichem.”

Ils partirent ensuite; et Dieu frappa de terreur les villes d’alentour. C’est ainsi que les fils de Jacob ne furent pas poursuivis et que la caravane arriva sans encombre à Béthel. Là, apparaissant de nouveau au patriarche, l’Éternel lui renouvela la promesse de l’alliance. “Et Jacob éleva un monument à l’endroit où Dieu lui avait parlé, un monument de pierre.”

C’est là aussi qu’eut lieu la mort de Débora, la nourrice de Rébecca, qui, de la Mésopotamie, avait accompagné sa maîtresse et constitué, dès lors, un membre honoré de la famille d’Isaac. La présence de cette femme âgée avait été pour Jacob un lien précieux le rattachant au passé et lui rappelant tout particulièrement sa mère, dont l’affection pour lui avait été tendre et forte. Débora fut enterrée au milieu de si grandes démonstrations de chagrin que le chêne sous lequel elle fut inhumée reçut le nom de “chêne des pleurs”. Il est intéressant de noter que la fidélité de cette amie de la famille ainsi que le deuil dont sa mort fut l’occasion ont été dignes d’être mentionnés dans le Livre inspiré.

Deux journées de voyage amenèrent le camp à Hébron. Un grand deuil y attendait Jacob: la mort de Rachel, l’épouse aimée pour laquelle il avait donné quatorze longues années de labeur, que son affection avait transformées en années de bonheur. La profondeur et la constance de cet amour se révélèrent, longtemps plus tard, lorsque le patriarche, sur son lit de mort, reçut la visite de son fils Joseph. Jetant un coup d’œil rétrospectif sur sa vie, il lui dit: “Et moi, quand je revenais de Paddan, Rachel mourut en route auprès de moi, dans le pays de Canaan, à quelque distance d’Éphrata; et je l’enterrai là, sur le chemin d’Éphrata.”(6)Genèse 48:7. De tous les événements

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»