Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Patriarches et Prophètes, Page 219

Chapitre 22 — Moïse

Pour se procurer des vivres durant la famine, le peuple égyptien avait vendu ses bestiaux et ses terres à la couronne, s’enchaînant ainsi dans un perpétuel servage. Mais Joseph avait sagement pourvu à son émancipation en permettant à chacun de devenir fermier royal contre un cinquième du produit de son travail.

En raison des services rendus à la nation par Joseph, les descendants de Jacob furent exemptés de ces conditions. Non seulement on leur concéda le territoire où ils se fixèrent, mais on les exonéra d’impôts, et on leur fournit des vivres en abondance pendant toute la durée de la famine. Le roi reconnut publiquement que c’était grâce à l’intervention du Dieu de Joseph que l’Égypte était dans l’abondance, alors que les autres peuples étaient dans la disette. Il constata également que sous la sage administration de Joseph, le royaume s’était fort enrichi.

Mais avec le temps, le grand homme auquel l’Égypte était si redevable ainsi que la génération qui avait bénéficié de ses travaux descendirent dans la tombe, et “il s’éleva sur l’Égypte un nouveau roi, qui n’avait pas connu Joseph”.(1)Exode 1; 2:1-10. Non pas qu’il ignorât ce que celui-ci avait fait pour son pays, mais il désirait n’en pas tenir compte,

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»