Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Patriarches et Prophètes, Page 49

Chapitre 5 — Caïn et Abel

Les fils d’Adam, Caïn et Abel, étaient très différents de caractère. Abel avait des dispositions à la piété. Il s’était rendu compte que les voies de Dieu envers l’homme pécheur sont empreintes de justice et de miséricorde, et il acceptait avec reconnaissance l’espérance de la rédemption. Caïn, en revanche, nourrissait toutes sortes de pensées amères. Il murmurait de ce que Dieu, en raison du péché d’Adam, avait prononcé une malédiction sur la terre et sur le genre humain. Il s’abandonnait aux pensées mêmes qui avaient amené la perte de Satan: à l’ambition et au doute à l’égard de la justice et de l’autorité divines. Comme Adam et Ève, ces deux frères durent prouver leur fidélité à l’égard de la parole de Dieu. Ils connaissaient les conditions du salut, et comprenaient le système divinement institué des sacrifices. Ils savaient qu’en se conformant à ce rite, ils exprimaient leur foi en un Sauveur à venir, reconnaissaient qu’il n’y a de pardon qu’en lui seul, et manifestaient leur soumission à la volonté divine. Enfin, ils n’ignoraient pas qu’en signe d’actions de grâces, ils devaient présenter à Dieu les premiers fruits de la terre.

Les deux frères préparèrent deux autels semblables, et y apportèrent leurs offrandes. Celle d’Abel, conformément à l’ordre divin, consistait en un agneau de son troupeau. Et “l’Éternel eut égard à Abel et à son offrande”.(1)Genèse 4:25, 26. Le feu descendit du ciel et consuma le

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»