Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Patriarches et Prophètes, Page 511

Chapitre 50 — Les dîmes et les offrandes

Dans l’économie mosaïque, le service divin était assuré par le don que faisait chaque Israélite du dixième de son revenu. “Toute dîme de la terre prélevée sur les semences du sol, ou sur les fruits des arbres, m’appartient, avait dit l’Éternel à Moïse; c’est une chose consacrée à l’Éternel. ...Toute dîme du gros et du menu bétail, ... le dixième en sera consacré à l’Éternel.”(1)Lévitique 27:30, 32.

Le système de la dîme ne datait pas de l’époque des Hébreux. Dès les temps les plus reculés, Dieu avait réclamé la dîme comme lui appartenant. Cette prescription fut suivie par Abraham, qui paya la dîme à Melchisédec, “prêtre du Dieu Très-Haut.”(2)Genèse 14:20; 28:22. Exilé et fugitif, Jacob fit au Seigneur, à Béthel, cette promesse: “Je te paierai la dîme de tout ce que tu me donneras.”(2)Genèse 14:20; 28:22. Plus tard, quand la nation israélite fut organisée, l’institution de la dîme fut réaffirmée comme l’une des ordonnances divinement instituées et à l’observation de laquelle la prospérité du peuple était attachée.

Cette institution avait pour but de faire comprendre aux hommes une grande vérité, à savoir que Dieu est la source de tous les dons et de tous les bienfaits et que ses créatures doivent lui en

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»