Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Patriarches et Prophètes, Page 605

Chapitre 60 — La présomption de Saül

Après l’assemblée de Guilgal, Saül licencia l’armée levée pour combattre les Ammonites, ne réservant que deux mille hommes stationnés sous ses ordres à Micmas, et mille placés sous les ordres de son fils Jonathan, à Guibéa. Ce licenciement était une grave erreur. Pleine de courage comme l’était cette armée après sa récente victoire, il lui eût été facile de se jeter du même coup sur d’autres ennemis et d’établir fermement l’indépendance d’Israël.

Cependant leurs belliqueux adversaires, les Philistins, étaient actifs. Malgré leur défaite à Ében-Ézer, ils n’en avaient pas moins conservé quelques forteresses de montagne dans le pays d’Israël, et bientôt ils s’établissaient jusqu’au cœur du pays. En fait d’armes, d’engins de guerre et d’avantages extérieurs, les Philistins l’emportaient de beaucoup sur les Israélites. Durant la longue période de leur domination sur ces derniers, ils leur avaient défendu, pour les empêcher de s’armer, d’exercer le métier de forgeron. Après la conclusion de la paix, les Israélites avaient continué de se rendre aux forteresses de l’ennemi pour y faire exécuter leurs travaux de forge. Gagnés par une vie de facilité et amollis par une longue

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»