Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Patriarches et Prophètes, Page 627

Chapitre 63 — David et Goliath

Quand le roi Saül comprit qu’il avait été rejeté par Dieu et sentit la portée des menaces que Samuel lui avait adressées, son cœur s’emplit d’amertume et de révolte. Ce n’était pas un vrai repentir qui courbait sa tête orgueilleuse. Il croyait que la valeur déployée dans ses guerres pour Israël devait expier ses désobéissances. Loin de se rendre compte de la gravité de sa conduite, il se prit à maugréer contre le jugement divin — injuste à ses yeux — qui lui enlevait, à lui et à sa postérité, le trône d’Israël. Au lieu d’accepter le châtiment avec humilité, il s’abandonna à un sombre désespoir et ne s’occupa plus, dès lors, qu’à conjurer la ruine de sa maison.

Plusieurs signes faisaient craindre que le roi ne perdît la raison. Son entourage lui conseilla alors de faire venir auprès de lui un musicien exercé, espérant que les douces mélodies de quelque instrument de musique pourraient lui apporter un peu d’apaisement. Providentiellement, on lui présenta le jeune David, qui avait la réputation de jouer habilement de la harpe. Les accords suaves qu’il fit entendre au monarque eurent l’effet désiré. Son profond abattement s’évanouit.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»