Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Patriarches et Prophètes, Page 633

Chapitre 64 — David fugitif

A certains moments, Saül s’apercevait de son inaptitude à gouverner Israël. Il en conclut que s’il avait auprès de lui un homme animé de l’Esprit d’en haut, le royaume serait plus en sûreté et lui-même, en cas de guerre, assuré de la protection divine. Comme la droiture et la sagesse de David prouvaient que Dieu était avec lui, le roi, qui s’en rendait compte, refusa désormais de le laisser retourner auprès de son père, et le retint à la cour. C’est alors que Jonathan, fils de Saül, et David se lièrent d’une profonde amitié. “L’âme de Jonathan s’attacha à l’âme de David, de sorte que Jonathan l’aima comme lui-même.”(1)Voir 1 Samuel 18-22. Les deux jeunes gens s’étant engagés à rester unis comme des frères, Jonathan “se dépouilla du manteau qu’il portait et le donna à David, avec son équipement et jusqu’à son épée, son arc et sa ceinture”.

Introduit à la cour par la volonté de Dieu, David était au courant des affaires et se préparait ainsi en vue de sa carrière future. Bien que chargé de missions importantes, il conservait sa modestie et gagnait l’affection et la confiance du peuple, comme il avait gagné celles de la famille royale. “Partout où Saül l’envoyait, il réussissait; et Saül le mit à la tête des gens de guerre.”

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»