Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Patriarches et Prophètes, Page 643

Chapitre 65 — Magnanimité de David

Après l’affreux carnage des prêtres perpétré par Saül, “l’un des fils d’Achimélec, fils d’Ahitub, nommé Abiathar, s’échappa et se réfugia auprès de David. Abiathar rapporta à David que Saül avait fait massacrer les prêtres de l’Éternel. David répondit à Abiathar: J’ai bien compris, ce jour-là, lorsque Doëg, l’Édomite, était présent, qu’il ne manquerait pas d’informer Saül. C’est moi qui suis cause de la mort de toute la famille de ton père. Reste avec moi; ne crains rien! Celui qui attente à ma vie attente à la tienne; tu seras bien gardé auprès de moi!”(1)Voir 1 Samuel 22:20-23; chapitres 23-27.

Toujours pourchassé par le roi, David ne trouvait de repos ni de sécurité nulle part. Il n’était pas même en sûreté dans la ville de Kéïda que sa brave troupe avait sauvée de la main des Philistins. De Keïda, ils se rendirent au désert de Ziph. David eut là une grande joie, à un moment où les rayons de soleil étaient rares sur son sentier. Ce fut une visite inattendue de Jonathan, qui avait appris le lieu de son refuge. Les deux amis passèrent ensemble des heures inoubliables. Après s’être raconté leurs mutuelles épreuves, Jonathan encouragea David par ces paroles: “Ne crains point; car la main de Saül, mon père, ne t’atteindra pas. Tu régneras sur Israël, et moi, je serai le second auprès de

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»