Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Patriarches et Prophètes, Page 655

Chapitre 66 — Mort de Saül

La guerre éclata de nouveau entre Israël et les Philistins. L’ennemi dressa son camp à Sunem, à l’extrémité septentrionale de la vallée de Jizréel. Saül rassembla son armée à quelques kilomètres de distance, à l’extrémité méridionale de la même plaine, au pied de la montagne de Guilboa. C’était là que Gédéon, avec ses trois cents hommes, avait mis en fuite les armées des Madianites. Mais l’esprit qui avait inspiré le libérateur était bien différent de celui qui animait en ce moment le roi d’Israël. Gédéon était allé à l’assaut plein de foi au Puissant de Jacob, tandis que Saül se sentait abandonné de Dieu, seul et sans défense. “A la vue du camp des Philistins, il eut peur et son cœur fut très agité.”(1)Voir 1 Samuel 28 et 31.

Il apprit que David était avec les Philistins, et il s’attendait à voir le fils d’Isaï saisir cette occasion pour tirer vengeance des maux qu’il avait soufferts de sa part. Sa détresse était inexprimable. La folle jalousie qui l’avait si longtemps lancé à la poursuite de l’élu de Dieu avait entraîné Israël dans ce péril extrême. Il ne pensait qu’à la mort de David et il avait négligé la sécurité de son royaume. Les Philistins en avaient profité pour pénétrer jusqu’au centre même du pays. L’esprit des ténèbres avait, d’un côté, poussé Saül à mobiliser toutes ses forces contre David et, de l’autre, il

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»