Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Next Pub.» Forward»

Patriarches et Prophètes, Page 723

Chapitre 73 — Dernières années de David

La défaite d’Absalom ne ramena pas immédiatement la paix dans le royaume. Les territoires qui avaient participé à la sédition étaient si considérables que David ne voulut pas reprendre le pouvoir et retourner dans sa capitale sans y être invité par les tribus. Au milieu de l’effervescence qui suivit la ruine du parti rebelle, on ne se pressa pas de rappeler le roi. Finalement, Juda s’étant décidé à le ramener, la jalousie des autres tribus donna lieu à une contre-révolution, bientôt apaisée, et l’ordre fut rétabli.

L’histoire de David nous fournit un des exemples les plus frappants des dangers qui accompagnent le pouvoir, la richesse et les honneurs recherchés avec tant d’ardeur. Peu d’hommes, cependant, ont passé, comme ce roi, par autant d’épreuves destinées à y préparer. Par la volonté de Dieu, son enfance s’écoula sur des collines solitaires, dans l’humble occupation d’un gardien de brebis. La contemplation de la nature développa son talent pour la musique et la poésie. Le désert fut pour lui l’école de la patience, du courage, du sang-froid, de la confiance en Dieu. Il jouit à un haut degré de l’amour du Père céleste et fut enrichi des dons de son Esprit. Plus tard, il vit, dans la carrière de Saül, la nullité

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Next Pub.» Forward»