Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Patriarches et Prophètes, Page 202

il n’y avait guère de ressemblance entre le jeune homme vendu aux Ismaélites et le vice-roi d’Égypte.

En se présentant devant Joseph, ses dix frères “se prosternèrent devant lui, la face contre terre”. A ce spectacle, Joseph revoit ses songes; tout le passé revit intensément dans sa mémoire. Il promène sur ces hommes un regard pénétrant et découvre que Benjamin n’est pas avec eux. Il se demande immédiatement si son frère cadet ne serait pas, lui aussi, tombé victime de leur cruelle jalousie; et il prend la résolution d’apprendre ce qu’il en est. “Vous êtes des espions!” leur dit-il sévèrement. “C’est pour reconnaître les points faibles du pays que vous êtes venus.” Ils lui répondirent: “Non, mon seigneur; mais tes serviteurs sont venus pour acheter des vivres. Nous sommes tous fils d’un même père; nous sommes d’honnêtes gens; tes serviteurs ne sont pas des espions.” Leur déclaration pouvant être fausse, Joseph réitère son accusation: “Pas du tout! Vous êtes venus pour reconnaître les points faibles du pays.” “Nous, tes serviteurs, dirent-ils, nous sommes douze frères, fils d’un même père, du pays de Canaan. Le plus jeune est en ce moment avec notre père, et il y en a un qui n’est plus.”

Feignant toujours de douter de la véracité de leur histoire, le gouverneur leur propose alors de lui prouver leur sincérité en restant en Égypte, tandis que l’un d’eux ira chercher leur jeune frère. S’ils n’y consentent pas, ils seront traités en espions. Les fils de Jacob déclarent ne pouvoir consentir à une pareille proposition. Durant son exécution, leurs familles souffriraient de la faim. Lequel d’entre eux voudra entreprendre seul ce voyage, laissant ses frères en prison? Comment osera-t-il se présenter devant leur père? D’ailleurs, se disent-ils, il est probable que nous serons tous mis à mort ou réduits en esclavage. Et si Benjamin vient en Égypte, ce ne sera que pour partager notre sort. Ils décident donc de rester et de souffrir ensemble, plutôt que d’augmenter la douleur de leur père par la perte du seul fils qui lui reste. Ils sont alors jetés en prison, où on les retient enfermés trois jours.

Au cours des années qui s’étaient écoulées depuis leur forfait à l’égard de Joseph, les fils de Jacob avaient changé. D’envieux, violents, faux, cruels et vindicatifs qu’ils étaient, l’adversité les avait rendus désintéressés, bons les uns envers les autres, dévoués à leur père et, quoique arrivés à l’âge mûr, soumis à l’autorité paternelle.

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»