Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Prophètes et Rois, Page 392

assemblée dans la plaine de Dura, il confessa une fois de plus que le règne de Dieu “est un règne éternel” et que “sa domination subsiste de génération en génération”.

Idolâtre par hérédité et par éducation, régnant sur un peuple idolâtre, Nebucadnetsar possédait néanmoins un sens inné de la justice et du droit. Dieu pouvait donc s'en servir pour châtier les rebelles et accomplir ses desseins. Après des années d'une préparation patiente et laborieuse, roi “du plus violent” pays “d'entre les peuples”,2Ezéchiel 28:7. ce monarque réussit à s'emparer de Tyr et de l'Egypte. Et alors qu'il ajoutait nation sur nation à son empire babylonien, sa renommée comme potentat le plus puissant de l'époque s'étendait au loin.

Il ne faut donc pas s'étonner que ce glorieux monarque à l'ambition et à l'orgueil démesurés ait été tenté de se détourner du sentier de l'humilité, qui seul conduit à la véritable grandeur. Dans l'intervalle de ses conquêtes, il apportait beaucoup de soin à la fortification et à l'embellissement de sa capitale, si bien qu'elle devint l'orgueil principal de son royaume, “la ville d'or”, celle dont “la gloire remplissait la terre entière”. Sa passion pour la construction, l'éclatant triomphe qu'il remporta en faisant de Babylone l'une des sept merveilles du monde, contribuait à entretenir son orgueil au point que fut gravement compromise la sagesse proverbiale de ce souverain dont Dieu aurait pu se servir pour l'accomplissement de ses desseins.

Dans sa miséricorde, le Seigneur envoya au roi un nouveau songe, afin de le mettre en garde contre le piège tendu pour sa perte. Pendant son sommeil, Nebucadnetsar vit un arbre immense, “au milieu de la terre”. Sa “cime s'élevait jusqu'aux cieux, et on le voyait des extrémités de toute la terre”. Les troupeaux des montagnes et des collines venaient chercher refuge sous son ombre, et les oiseaux du ciel bâtissaient leurs nids dans ses branches. “Son feuillage était beau, et ses fruits abondants; il portait de la nourriture pour tous. ... Tout être vivant tirait de lui sa nourriture.” Comme le roi regardait cet arbre majestueux, il aperçut “un de ceux qui veillent et qui sont saints”, descendant du ciel. Il cria avec force:

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»