Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Next Pub.» Forward»

TÉMOIGNAGES sur l’Ecole du Sabbat, Page 101

à l’ennemi des âmes de profiter de ce laisser-aller qui aura pour résultat l’indifférence manifeste de ces jeunes cœurs à l’égard de la vertu et de la vérité. Faire du foyer l’endroit le plus agréable du monde représente, dans cette perspective, une nécessité. Comparées à la vérité dénuée d’artifice, de quelle valeur sont les choses de cette terre ? Le Seigneur a donné aux enfants des facultés qui doivent être soigneusement développées à la fois par les parents et les éducateurs professionnels.

Ceux à qui Dieu a confié la charge de former la jeunesse ont le devoir de coopérer avec lui pour développer chez elle les précieux dons de l’esprit et du cœur, de lui faire acquérir ce genre de connaissance qui est une source de force grandissante et un bien que l’on emporte avec soi dans la vie éternelle...

Former et façonner des caractères est une œuvre de la plus haute importance dont un élément essentiel consiste à présenter le Christ dans son amour immaculé pour que le charme puissant qui s’en dégage soit de nature à rendre impuissants les attraits de ce monde perverti. L’enfant ne doit pas être mis en face d’une théorie, si logique soit-elle, mais d’une personne, celle du Christ, rayonnante de gloire et d’amour. Il convient d’amener ce jeune être à contempler les richesses du monde éternel jusqu’à ce que naissent en lui l’enthousiasme, le courage et l’adhésion totale du cœur et de l’esprit. L’amour de Jésus doit rester le mobile de tout effort, amour qui contraint, entraîne et captive. — Sabbath School Worker, août-septembre 1896.

Chapitre 28—Pédagogie divine

Jour après jour, Jésus puisait, au temps de son enfance, des éléments de connaissance au grand livre de la nature avec tout ce que celle-ci offre d’animé

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Next Pub.» Forward»