Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

TÉMOIGNAGES sur l’Ecole du Sabbat, Page 72

Chapitre 16—Le manque de moniteurs consacrés

Ceux qui s’engagent dans l’œuvre de l’Ecole du Sabbat devraient être des hommes et des femmes à la foi bien trempée et aux chaudes sympathies, fervents d’esprit, intéressés à tout ce qui concerne la cause du Christ, placés eux-mêmes sur l’autel du sacrifice et présentant des « supplications avec de grands cris et avec larmes » en faveur de la conversion de la jeunesse qui leur est confiée. Vous qui désirez travailler pour le Seigneur dans cette branche de l’œuvre, crucifiez toute ambition égoïste. « Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes. » Que la première ambition de cet ouvrier-là soit d’enseigner à la jeunesse à faire son devoir dans la crainte de Dieu et en toute simplicité.

Le grand besoin dont souffre l’Ecole du Sabbat, ce n’est pas l’absence de rouages administratifs mais bien plutôt celle de la connaissance des choses spirituelles. A quel point la nécessité du baptême de l’Esprit ne se fait-elle pas sentir chez les moniteurs parmi lesquels il susciterait de véritables missionnaires, et comme il devient urgent d’exiger de nos propres facultés le maximum de rendement dans le but de toujours mieux pénétrer les vérités de la Parole de Dieu ! Que les moniteurs prient quotidiennement pour recevoir la lumière d’en haut s’ils veulent être en mesure de révéler à l’esprit de la jeunesse les trésors du Livre sacré ! Pourquoi ne s’humilieraient-ils pas devant le Seigneur, permettant ainsi au Saint-Esprit de laisser l’empreinte de sa présence sur leur caractère et le travail qu’ils accomplissent ? Il y a beaucoup trop de présomption parmi

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»