Ellen G. White Writings

<< Back Forward >>

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»

Tempérance, Page 134

selon leur cœur. Conscientes de leur dignité elles auraient dû renoncer à unir leur vie à des hommes qui ne savaient pas contrôler leurs appétits et dont la plus grande joie consistait à manger, à boire et à satisfaire leurs passions animales.

Les femmes ne devraient pas se laisser diriger par leurs impulsions mais suivre les ordres de la raison. Elles n'ont pas compris à quel point il était important pour elles de ne pas former de liens conjugaux susceptibles de favoriser chez leurs enfants un manque de moralité et un penchant pour un appétit dépravé. Aux yeux de Dieu, elles seront en grande partie responsables de la condition physique et des tendances morales transmises aux générations futures. — How to Live, 91.

Le nouveau-né — Chaque père, chaque mère devrait se demander: “Que devons-nous faire pour l'enfant qui naîtra?” Nous avons parlé au lecteur du comportement que Dieu a exigé de la mère de Samson avant la naissance de l'enfant. Mais ce n'est pas tout. L'ange Gabriel quitta les cours célestes pour expliquer aux parents comment ils devraient prendre soin de l'enfant après sa naissance, et pour leur expliquer leurs devoirs.

A l'époque de la première venue du Christ, l'ange Gabriel vint faire part à Zacharie d'un message semblable à celui qu'il avait délivré à Manoach. Le vieux sacrificateur apprit alors que sa femme allait avoir un fils qu'il devrait appeler Jean: “Il sera pour toi un sujet de joie et d'allégresse, et plusieurs se réjouiront de sa naissance, lui dit l'ange, car il sera grand devant le Seigneur. Il ne boira ni vin, ni liqueur enivrante, et il sera rempli de l'Esprit-Saint dès le sein de sa mère.” L'enfant de la promesse devrait être élevé selon des coutumes de stricte tempérance. Une importante œuvre de réforme, destinée à préparer la venue du Christ, lui serait confiée.

L'intempérance sous toutes ses formes sévissait parmi les enfants d'Israël. L'usage du vin, l'habitude de consommer des mets délicats affaiblissaient la force physique et avilissaient à tel point le sens moral que les crimes les plus révoltants ne semblaient même plus un péché. La voix de Jean dans le désert devrait censurer sévèrement les satisfactions coupables du peuple, et ses propres habitudes d'abstinence elles-mêmes constitueraient une réprobation des excès de son époque. — Counsels on Diet and Foods, 225.

Chapitre 2 — La force des tendances héréditaires

Un legs de désirs insatiables — La même responsabilité incombe également aux pères de famille. De même que leurs épouses, ils

«Back «Prev. Pub. «Ch «Pg   Pg» Ch» Next Pub.» Forward»